Préparer sa consultation

Comment bien décrire la douleur?

Pour faire son diagnostic et vous prescrire un traitement personnalisé, le médecin a besoin de votre collaboration. Plus vous vous serez observé, plus vous saurez lui décrire les caractéristiques précises de votre douleur, plus le médecin saura orienter son diagnostic, et plus il saura choisir avec discernement les examens complémentaires qu’il vous prescrira (prise de sang, radiographies, etc.).

Localisation précise de la douleur :

est-elle difficile à situer (diffuse) ou très localisée (exquise) ? Commence-t-elle en un endroit précis pour s’étendre ensuite (irradiante) ? Change-t-elle souvent de place (erratique) ?

  • Première manifestation de la douleur :

    description exacte des circonstances de la première apparition de la douleur

    – la douleur est-elle apparue de façon brutale ou progressive ?
    – avez-vous le souvenir d’une douleur semblable ailleurs ou au même endroit ?
    – A l’emplacement de la douleur, avez-vous déjà souffert d’autre chose (fracture, intervention chirurgicale, etc.) ?

  • Type de douleur :

    trouvez le ou les mots qui vous viennent à l’esprit pour décrire votre douleur, en essayant d’en faire une image. A titre d’exemple, voici une liste que vous pouvez compléter : sourde (peu prononcée) ou vive (intense) ; tiraillement, arrachement, déchirement, torsion, élancement, comme un éclair, comme une décharge électrique, en coup de couteau ou de poignard, semblable à une piqûre, pénétrante, en étau, comme un broiement, une brûlure, une crampe, douleur qui martèle, douleur qui bat comme le pouls (pulsatile), et aussi fourmillements, picotements, sensation de peau cartonnée, lourdeur, …

  • Autres manifestations lors de la douleur : malaise, transpiration, …

  • Horaire de la douleur :

    Intermittente ou continue – A quel moment de la journée sont-elles les plus intenses (au réveil, lors des mouvements, le soir, la nuit, …) ? A quel moment de la journée sont-elles les plus faibles ?

  • Facteurs apaisants :

    que faites-vous pour calmer la douleur ? Devez-vous adopter une position spéciale ? Faut-il vous immobiliser, vous reposer ou vous mettre en mouvement ? Rôle du froid, du chaud, du climat.

Chacun ressent différemment la douleur
  • Chiffrez-la :

    sur une échelle de 0 (=pas de douleur) à 10 (=douleur invivable), quel score attribueriez- vous à votre douleur habituelle durant la semaine écoulée ? Et à la douleur la plus intense que vous avez ressentie au cours de cette semaine ?
    Télécharger l’échelle visuel analogique

  • Comment vous décririez-vous :

    très sensible à la douleur, capable de tolérer la douleur sans broncher, habitué à la douleur, … ?

  • Vivez-vous des évènements stressants ces temps-ci ?

Sachez expliquer au médecin l’intensité de votre douleur

  • Quelles conséquences entraîne votre douleur ?

    – anxiété
    – dépression
    – troubles du sommeil
    – perturbations de la vie de tous les jours
    – incapacité professionnelle

  • Comment vous-sentez vous face à ce qui vous arrive ?

    – fataliste
    – honteux
    – catastrophé
    – irrité, en colère
    – sans avenir
    – épuisé
    – …

Donnez des informations au médecin pour évaluer votre handicap