Mécanisme d’action

Le paracétamol est souvent utilisé comme traitement de la douleur et de la fièvre,

en particulier chez les enfants et les personnes âgées. Par contre, il n’exerce pas d’effet anti-inflammatoire en dehors du cerveau aux doses thérapeutiques.

Werkingsmechanisme

Le paracétamol : mode d’action

Au niveau des COX, le paracétamol possède un mode d’action particulier : il bloque la régénération de la peroxydase, plutôt que d’inhiber la cyclo-oxygénase. De plus, le paracétamol ne trouve un environnement favorable à son activité que dans le cerveau. Autrement dit, l’inhibition des COX par le paracétamol se produit seulement dans le cerveau, ce qui explique le peu d’effets indésirables périphériques observés.

Pour preuve, les concentrations de paracétamol dans le liquide céphalorachidien concordent mieux avec son activité sur la fièvre et la douleur que les concentrations dans le sang.

Le paracetamol a son propre mode d’action

Le paracétamol : son trajet dans le corps

Le paracétamol doit donc atteindre le cerveau afin de commencer son activité. Aucun problème : 70 à 90 % de la dose administrée par voie orale passe dans le sang, où il provoque peu d’interactions avec les autres médicaments transportés par les protéines du sang. Il passe facilement dans le cerveau, qui est son site d’action. Mais il faut lui laisser le temps d’accomplir ce voyage et de commencer à agir dans le cerveau. Selon les patients, cela va prendre 1h à 1h30 avant d’obtenir une activité maximale.

Après son action, le paracétamol est digéré (en langage scientifique, on dit ‘métabolisé’) par le foie. Une des molécules fabriquées alors est toxique pour le foie. Heureusement, le foie est équipé pour la neutraliser. Mais il ne faut pas dépasser les capacités de neutralisation du foie. C’est pourquoi la dose maximale de 4g par jour sera limitée à une période de 4 semaines maximum. Des précautions supplémentaires seront prises chez les alcooliques chroniques, qui ont souvent un foie en mauvais état qui travaille moins bien.

Ensuite, 90 % des molécules formées sont éliminées par le rein et l’urine. Par conséquent, les personnes souffrant d’insuffisance rénale devront adapter la dose de paracétamol comme indiqué dans la notice, pour éviter une accumulation de ces molécules dans l’organisme.

Mattia C et al, Minerva Anestesiol 2009, 75: 644-653 – Jackson CH et al, Can Med Assoc J 1984, 131: 25-37 – Anderson BJ, Pediatric Anesthesia 2008, 18: 915-921 – Smith HS, Pain Physician 2009, 12: 269-280.